Projet Final - Sculpture
En entrant dans la boîte noire, on peut apercevoir dans un coin de la salle une petite figure blanche au sol. Sous un éclairage un peu faible se trouve une sculpture d’un renard et d’un lapin endormis. Le renard est positionné de façon presque protectrice autour du lapin, avec sa grosse queue touffue qui semble le préserver de tout danger.

 

Si l’on se concentre uniquement sur l’aspect plastique de l’œuvre, le fait qu’elle conserve un côté non fini et un peu bricolé par son utilisation évidente de papier mâché nous propose tout d’abord une lecture très enfantine et innocente. Cela étant dit, les animaux du renard et du lapin on beaucoup de références dans la culture populaire : comme mentionné le jour des présentations, les contes de Lafontaine en sont un bon exemple où ils apparaissent respectivement dans Le corbeau et le renard et Le lièvre et la tortue. Le fait que les deux animaux, naturellement prédateur et proie, se retrouvent en harmonie dans une position de sérénité comme le sommeil est en soit très expressif, mais également neutre dans le sens où la sculpture provoque également une sorte de silence chez le spectateur.

Mon intention première dans la création de cette œuvre était tout d’abord de profiter de ce dernier projet dans le cours de sculpture pour m’amuser et faire quelque chose de complètement personnel. En partant de la thématique proposée, soit l’intensité plastique et  la neutralité expressive, j’ai commencé par faire quelques recherches pour me forger une idée de départ. J’ai remarqué certains points récurrents dans les deux thèmes et, en me basant sur ces constantes, j’ai finalement commencé à travailler sur mon projet. J’ai eu de la difficulté tout d’abord à trouver une bonne position pour mes deux animaux, alors j’ai commencé par faire une petite maquette d’argile qui m’a servi de guide pour toute la réalisation du projet. L’idée du renard et du lapin m’est venu de ma vie personnelle où ces deux animaux aux caractères complètement  opposés me servent, à moi et mon amoureux, d’animaux totems. Également, comme j’ai pu le remarquer tout au long de l’année, il me paraissait évident que je devais continuer dans ma démarche personnelle et finir l’année avec une sculpture d’animal!

Projet CITATION: Joseph Beuss
En entrant dans la salle de répétition, on peut apercevoir sous un éclairage spotlight, dans un coin, une forme rectangulaire : le dos d’un piano droit nous fait face. C’est en le contournant que l’on peut apercevoir un pianiste installé sur son banc et que l’on entend maintenant distinctement de la musique. Le pianiste est habillé d’un costume de concert en feutre et possède une tête de coyote en papier mâché. Derrière le pianiste est installé sous une couverture des matelas sur lesquels on peut se coucher ou s’assoir.

Le projet a été amorcé par une citation d’artiste. Ayant pigé Joseph Beuys, j’ai fait quelques recherches sur ses œuvres passées et je me suis arrêté sur deux de ses travaux : The Boss et Infiltration for Piano. J’ai retiré plusieurs éléments de ces deux œuvres qui m’attiraient particulièrement soir l’animal du coyote, le piano et le matériel du feutre pour ensuite les utiliser dans une démarche qui m’est tout à fait personnelle.

Avec les différents éléments provenant de la pratique de Joseph Beuys, j’ai développé un message qui m’est personnel et que je souhaitais transmettre à travers ma sculpture. C’est en regardant des extraits de la vidéo The Boss que l’idée m’a traversé l’esprit : lors de sa performance dans une galerie avec un coyote sauvage, Joseph Beuys interagissait avec le coyote de façon étonnement harmonieuse. Je ne sentais pas, en regardant les vidéos, qu’il y avait un danger à se retrouver enfermé avec un animal sauvage. Cette interaction m’a rappelé une expérience personnelle que je vis souvent avec mon chien : lorsque je joue du piano, inévitablement mon chien vient se coucher sous mon banc, comme relaxée par la musique. Il n’est même pas rare qu’elle s’endorme! C’est de cette façon que j’ai fait le rapprochement entre la musique et le coyote : comment se sentir à l’aise même en présence d’un animal sauvage? En utilisant le feutre, j’ai habillé mon coyote d’un habit de concert. Ainsi, sous un éclairage tamisé et mis en valeur sous un projecteur, on peut se laisser bercer par la musique émanant du piano.

Projet ARTISTE INCONNU ©
L’œuvre ARTISTE INCONNU © a été réalisée en deux parties ayant chacune un propos particulier. Tout d’abord, sous un éclairage aveuglant, est mise en valeur une boîte de transport en bois contenant de petits lions en plâtre. La boîte elle-même est décorée d’une image de lion sur 3 de ses faces, rappelant son contenu et la rendant davantage attrayante pour l’œil de spectateur. Ensuite, placé dans l’ombre se trouve un piédestal surplombant la boîte. À son sommet, un peut distinguer une autre statue de lion, mais étrangement ravagée. Après une inspection plus poussée, on peut se rendre compte qu’elle est composée d’une autre matière que les nombreuses copies qui se trouve à ses pieds et qu’elle est placée sur un socle travaillé où l’on peut lire : Artiste Inconnu ©.

L’ensemble de cette œuvre a été exposée au petit théâtre, un endroit choisi pour ses options d’éclairage particulières. La pièce étant par défaut très sombre, elle créait un magnifique contraste avec les éléments plus pâles de l’œuvre comme le plâtre qui composaient les copies et le jeu de noir et blanc créé sur la boîte de transport.

Dans sa signification première, lorsque l’on place une statue de lion devant une maison, cela veut dire que le propriétaire a fini de payer cette dernière. Autrefois symbole de richesse, il est intéressant de savoir qu’aujourd’hui il est dorénavant possible de se procurer de telles statues dans des magasins de décorations à grandes surfaces à des prix modiques. Ayant comme idée de départ le simple moulage répétitif d’une de ces pâles imitations que l’on trouve en magasin, j’ai dû me tourner vers une autre option davantage à ma portée à la suite de multiples problèmes techniques. Mon propos concernant cette œuvre ayant également changé suite à mes nombreuses modifications, c’est en ayant toujours à l’esprit mon idée de départ, celle du lion, que j’ai continué mon travail pour enfin arriver à un message satisfaisant. En mettant l’accent sur les copies et non sur ma sculpture en argile originale, j’ai ainsi dénaturé le travail de l’artiste à la base qui perd de son importance (ou de son éclat !) avec le travail en série et le processus de reproduction que l’on connait trop bien dans les magasins de grandes surfaces.

Comme mentionné plus tôt, mon travail a subi de nombreux changements au cours de sa réalisation. Lorsque j’ai été forcée de changer de stratégie lorsque ma première idée m’est apparue irréalisable, j’ai décidé de tenter de reproduire la statue en taille directe. Ce plan B m’a amené à fabriquer la boîte en bois qui devait servir de moule afin de couler le plâtre pour former un bloc. En cherchant des références pour la technique de taille directe je suis tombée sur un artiste polonais du nom de Kordian Lewandowski qui a travaillé d’une façon que je pensais facile à reproduire sur de très grandes sculptures. Cependant, lorsque j’ai finalement pris connaissance de la taille de ma boîte et de la quantité de plâtre qui serait requise pour la remplir, j’ai enfin développé un plan C qui est devenu l’œuvre ARTISTE INCONNU ©.

Projets Antérieurs