LA VIDÉO

LE CIRCUIT FERMÉ

2015


 

LE CONCEPT

Le circuit fermé est une confusion, une discontinuité du temps réel et de l’espace. L’ordre n’est plus. La matière est assemblée dans une coordonnée indéterminée, dont la logique est incertaine. Les écrans se regardent, se filment, puis filment à l’extérieur de l’installation. Ils ont un dialogue bien à eux à l’interne de leur matrice virtuelle. Alors, la webcam regarde l’ordinateur, le projecteur regarde la webcam et l’ordinateur, puis la caméra regarde, le projecteur, la webcam, ainsi que l’ordinateur. L’ensemble est interconnecté à l’ordinateur qui projette la même vidéo que le projecteur projette devant l’ordinateur. Alors, la caméra regarde devant l’œil du projecteur, le spectre des couleurs, en plus de dialoguer avec lui. Ainsi, la caméra et la webcam enregistrent le tout avec un témoignage différent, sans oublier que la caméra était unie par un même fil avec le projecteur. Dès lors, le tout est un amalgame d’informations hétéroclite. Qui fait quoi maintenant et dans quel ordre ? Où se passe réellement l’installation ?

 

LE FLUX, CORPS-ESPACE-IMAGE

L’image du flux est miroir, une tautologie vers la puissance du faux, et ce, cristallisée dans la matière et de l’esprit, dont son espace est indéfini ou bien discontinu. C’est pourquoi, mon intention fut orientée vers l’interne du cube, un interne miroir, à laquelle l’esprit de la lumière fut filmé en temps réel, par la matière du miroir et de l’abîme infini. Le tout assemblé d’une manière stroboscopique, puis projeté par un ordinateur et un projeteur, au sein de l’installation. De cette manière, chaque appareil utilisé fut le corps de l’installation pour arriver à un non-lieu, lors de la captation vidéo. L’ensemble fut alors une superposition de contenus et de contenants, afin d’arriver à la vidéo finale, une confusion totale du corps, du temps et de l’espace. Effectivement, la captation vidéo fut amateurisme, mais nous captons la réalité de cette manière spontanée, en quelque sorte. Ainsi, les appareils eurent un moment d’humanité, au sein de cette expérience, auquel je fus moi-même captée à mon insu, à l’intérieur de l’espace réel… L’installation dans l’espace réel, le regard de celui-ci distordu dans l’espace virtuel, l’espace informatique. Le reflet de l’ensemble se nomme ordinateur…

 

LE SCHÉMA DU CIRCUIT FERMÉ

1. Image vidéo (ordinateur et projecteur) : Intérieur d’un cube miroir.
2. Ordinateur : Projette la vidéo, en plus d’être connecté directement avec le projecteur et la webcam Logitech.
3. Projecteur : Projette la vidéo devant l’ordinateur qui projette aussi la vidéo.
4. Webcam Logitech : Filme la projection du projecteur et de l’ordinateur, en plus de me filmer à mon insu.
5. Caméra : Filme et enregistre l’ensemble de l’installation, en plus d’être connecté avec le projecteur.