L’IMAGE

IMAGE FLUX 2  IMAGE FLUX II

 

L’IMAGE-FLUX

Le virtuel produit du réel, l’image-temps cristallisée dans la matière et de l’esprit, dont son espace est indéfini ou bien discontinu. Miroir est notre ressentie, une tautologie vers la puissance du faux.

Toutefois, qu’est-ce que le faux dans ces informations de données et d’énergies ? Le réalisme fantastique, l’imaginaire puissamment appliqué à l’étude d’une réalité, vis-à-vis l’univers visible et l’univers invisible ?

Un interne d’un cube, un interne miroir, à laquelle l’esprit de la lumière est et sera retenu en temps réel, par la matière du miroir, puis de l’abîme infini. Voilà, l’idée, voilà l’image. L’infini de la pixellisation de notre matrice informatique.

Le sens est trompé, l’image est surréelle, impossible. Effectivement, la captation est l’œil, à l’intérieur du passage. Il n’y a plus de point de fuite, le virtuel est sculpté par la lumière et l’espace.

Où sommes-nous ? Il n’y a plus de lieu, uniquement une dimension. C’est capter une réalité romancée par nos sens, dont vivra un quartz et une lumière, à l’intérieur de la matière mystique, dimension de la virtualité. Tout est réel, mais rien n’est réel. L’image est cristal, l’image produit le corps.

 

  IMAGE FLUX II 2  IMAGE FLUX 4